Matière molle

Les mouvements collectifs : de l’errance à la cohérence

Avez-vous déjà vu ces grandes formes mouvantes se déplacer dans le ciel, faites de milliers d’étourneaux ? Ou les poissons nageant en larges bancs dans l’océan ? C’est ce qu’on appelle des mouvements collectifs : la capacité de nombreuses entités individuelles à s’organiser et à se déplacer en groupes et sans leader. Dans l’article discuté ici, publié en 2013, les chercheurs ont montré comment un mouvement collectif pouvait naître à partir d’interactions physiques bien identifiées.

Pourquoi mon ketchup coule sur mes frites ? Vision de dynamique moléculaire

Vous avez forcément déjà vécu cette expérience : vous tentez de verser du ketchup sur vos frites, mais rien ne sort de la bouteille. Vous tapotez alors le fond à plusieurs reprises plus ou moins énergiquement et… d’un coup, le ketchup en jaillit en recouvrant votre assiette ! Pourquoi un tel désastre ?

Les premières cellules : des gouttelettes en division ?

Au début, il y avait… quoi, exactement ? Si la découverte des origines de la vie représente un enjeu majeur, il s’agit surtout d’un problème difficile. En effet, quand un chercheur regarde une cellule aujourd’hui, il y voit le produit de millénaires d’évolution, mais ne peut accéder aux étapes de l’ingénierie biologique qui ont permis d’aboutir à un tel résultat. Pourtant, une étude de 2017 propose une hypothèse sur l’origine des premières cellules.

La cellule Peter Parker

Les cellules peuvent exercer des forces sur leur environnement, par le biais des adhérences focales. Bien qu’il soit possible de mesurer ces forces à l’extérieur de la cellule, il est beaucoup plus difficile de comprendre ce qu’il se passe à l’intérieur de la cellule. L’accès à ces forces internes est le défi que C. Grasshoff et ses collègues ont relevé dans leur article de 2010.