Sciences cognitives

Les articles de sciences cognitives sont classés par thème. Si vous cherchez un sujet en particulier, vous pouvez utiliser le moteur de recherche.

Crédits. Comportement animal : Logan C. J., PeerJ, 2016/CC BY 4.0.

Tous les articles en Sciences cognitives

Schéma sur fond dessiné en filigrane. En haut, une flèche part de « Prédisposition génétique » et rencontre sur son chemin « Facteur environnemental précoce » puis « Facteur environnemental tardif » pour aboutir à « Schizophrénie ». À côté de ce mot des petits pictogrammes colorés. En bas, la même flèche. À la place de « Prédisposition génétique » il y a « gène DISC1 », à la place de « Facteur environnemental tardif » : « Séparation maternelle » et à la place de « Facteur environnemental tardif » : « Kétamine ». La flèche aboutit sur « Modèle de schizophrénie ». Il y a les mêmes petits pictogrammes, qui sont ici tous de la même couleur.

Un modèle chez la souris pour mieux comprendre la schizophrénie

La schizophrénie est une maladie psychiatrique complexe dont les causes sont encore largement méconnues. Afin de développer de nouveaux médicaments, les scientifiques essayent de mimer cette maladie chez l’animal. Pour cela, ils combinent dans un modèle de rongeur des facteurs génétiques et/ou environnementaux (stress, administration de drogue) ressemblant aux facteurs connus pour augmenter le risque de schizophrénie chez l’humain. Ils cherchent ensuite à comprendre quel est l’impact de chaque facteur sur les symptômes comportementaux observés.

Sur un fond bleu, un profil droit de tête humaine est dessiné et rempli en noir. Dans la partie correspondant au cerveau, il y 4 pièces de puzzle en blanc. Sur le fond bleu, ces 4 mêmes pièces sont présentes, cette fois en noir. Cela donne l’impression que les pièces ont été découpées depuis le cerveau et dispersées sur l’arrière-plan bleu.

Le patient H.M., un cas d’amnésie inoubliable

En 1953, le patient H.M. est opéré par le chirurgien William Beecher Scoville en raison de violentes crises d’épilepsie qui le handicapent au quotidien. Au cours de cette opération, une structure cérébrale, l’hippocampe, est lésée. Peu de temps après l’opération, l’équipe médicale observe chez ce patient une perte de mémoire massive. Le patient H.M. est ainsi devenu un cas d’école dans l’étude du lien entre l’hippocampe et les fonctions mnésiques.

Comment naissent les idées paranoïaques ?

La paranoïa désigne une méfiance exagérée des autres, la croyance qu’ils représentent une menace et qu’ils agissent délibérément pour nous faire du mal. Des chercheur·se·s de l’Université de Yale ont élaboré un modèle explicatif de la paranoïa pour comprendre les mécanismes qui la sous-tendent. Chez les humains et chez les rats, il·elle·s établissent un lien entre la paranoïa et la difficulté à mettre à jour nos croyances sur le monde lorsque notre environnement est incertain.

Questionner les méthodologies pour mieux comprendre le concept : le cas de l’impulsivité

En 2006, Reynolds et ses collaborateurs ont exploré les méthodologies d’étude de l’impulsivité utilisées dans de nombreuses disciplines en sciences cognitives. Les chercheurs ont analysé de multiples indices comportementaux et scores de personnalité collectés auprès d’adultes sains afin de dresser un profil du concept d’impulsivité. Leurs résultats montrent que l’impulsivité, que l’on croit si bien connaître, est néanmoins un concept complexe et multidimensionnel. En démontrant des différences entre plusieurs méthodes d’évaluation de l’impulsivité, Reynolds et ses collaborateurs ont enclenché un questionnement théorique sur le concept lui-même, pourtant central en psychologie.

Vieillissement et perte de repères spatiaux : les cellules de grille mises en examen

À l’ère du smartphone et du GPS, nous avons tendance à prendre pour acquis nos capacités d’orientation dans l’espace. Que se passe-t-il cependant quand ces dernières nous font défaut ? Au cours du vieillissement sain, des déficits de navigation spatiale apparaissent et impactent de manière délétère l’autonomie et la mobilité des personnes âgées. Les bases neurobiologiques d’un tel déclin restent largement inexplorées. Une équipe de chercheurs a mis en lumière le rôle potentiel des cellules de grille : ces cellules du cortex entorhinal qui cartographient notre environnement pourraient être modifiées avec l’âge.

Je vois donc je suis, ou comment changer de corps en un clin d’œil

En 2007, Lenggenhager et ses collaborateurs ont présenté un nouveau paradigme expérimental pour manipuler et étudier la conscience de soi corporelle, c’est-à-dire le fait de se sentir dans un corps et de s’identifier à lui. Ce paradigme, appelé l’illusion du corps entier, consiste à manipuler la vision et le toucher de volontaires sains. Après avoir induit cette illusion, les chercheurs ont utilisé un questionnaire et une nouvelle mesure de la localisation du soi. Ces outils ont révélé que la conscience de soi corporelle est facilement modifiable. Lenggenhager et ses collaborateurs ont ainsi ouvert une nouvelle voie de recherche sur les bases multisensorielles de la conscience que nous avons de notre corps.

Hallucinations, une perception biaisée ?

Les mécanismes à l’origine des hallucinations, symptôme de la schizophrénie, sont encore mal connus. Des chercheur·se·s de l’Université de Columbia ont évalué un modèle explicatif des hallucinations et ont exploré l’implication d’un neurotransmetteur, appelé la dopamine, dans ce modèle. Les chercheur·se·s ont établi un lien entre les hallucinations auditives, la perception et une altération de la transmission de la dopamine dans une structure cérébrale connue pour son dysfonctionnement dans la schizophrénie : le striatum.